Centre Européen de la Colonne Vertébrale

Clinique du Parc - Lyon (France)    Définitions

Accueil
Remonter
Conférence
Anatomie
Chaos déterministique
Classification
Définitions
Clinique
Param. Lombo-pelviens
Diagnostic
Evidence Based Med.
Ergonomie
Kinesitherapie
Les corsets
Tt Ort Conservateur
F.A.Q. Lombalgie
Bibliographie


L'ordre est volontairement non alphabétique. Il permet d'acquérir rapidement le vocabulaire de base et facilite la communication avec votre médecin.

Douleur :

Sensation pénible ressentie par le patient.

Souffrance :

Perception psychique de la douleur avec investissement d'une représentation.

Sensibilité :

Douleur provoquée à l'examen clinique. (une zone sensible peut être non douloureuse)

Lombalgie :

Douleur limitée par la charnière thoraco-lombaire en haut et la charnière lombo-sacrée en bas. La lombalgie est un symptôme et non une maladie.

Lombalgie aiguë  :

douleur ayant débuté il y a moins de 2 mois (il ne s'agit pas d'une douleur brutale ou de forte intensité)

Elles guérissent dans 90 % des cas avec ou sans traitement.

Lombalgie chronique  :

 douleur ayant débuté il y a plus de 2 mois (sans préjuger de la gravité)

 Les chances de guérison diminuent fortement.

Lombalgie invalidante :

Lombalgie chronique qui s'accompagne d'arrêts de travail prolongés plus de 6 mois (incapacité professionnelle) qui aboutit à une désinsertion sociale et parfois à une invalidité définitive.

Lombalgie commune ou banale (99 %):

Se dit d'une lombalgie pour laquelle aucune cause n'a été retrouvée. Pour les rhumatologues, il s'agit d'une douleur liée à l'arthrose vertébrale débutante ou évoluée. Pour ma part, je n'utilise jamais ce terme, une lombalgie est aiguë ou chronique, elle n'est jamais commune ou banale.

Lombalgie symptomatique (1 %) :

se dit d'une lombalgie pour laquelle une cause précise a été trouvée.

Sciatique

Irradiation au niveau du membre inférieur jusqu'au pied selon un trajet précis L5 ou S1. Elle est liée à une irritation de la racine nerveuse.

Entorse discale :

Déchirure de l'annulus du disque d'origine traumatique. La douleur est majorée par la flexion antérieure du tronc. L'évolution est favorable.

Hernie discale :

Saillie discale plus profonde que large, contenant du matériel nucléaire et parfois des débris de plaque cartilagineuse ou de listel marginal bien visible sur le scanner et la résonance magnétique. La hernie provoque rarement une sciatique. Elle n'est significative que lorsqu'il existe une corrélation anatomo-clinique précise.

Protusion discale :

Bombement asymétrique du disque plus large que profond (protection du ligament commun vertébral postérieur). Protusion discale veut dire qu'il n'existe pas de hernie.

 

 

Lumbago :

Blocage avec attitude antalgique et dysfonctionnement. Le nucleus est déplacé et ne revient pas à sa place. L'attitude antalgique disparaît avec le décubitus (lombostat plâtré à réaliser en décubitus).

Insuffisance discale :

Défaut d'amortissement du disque lié à des postures extrêmes prolongées.

Inflammation discale :

Recrudescence nocturne de la douleur lors des changements de position. Raideur matinale, douleur en extension, soulagement par Cortancyl.

Instabilité vertébrale :

(Concept orthopédique). Perte de capacité de la colonne à maintenir des mouvements normaux dans des conditions physiologiques, en l'absence de déficit neurologique, de déformation majeure ou de douleur violente. (White et Panjabi)


Auteur : Dr Jean Claude de Mauroy (Médecine Orthopédique), Dr Pascal Coche (rhumatologue)

Cette page a été mise à jour pour la dernière fois le : 27 janvier 2011

"Conflit d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflit d’intérêts concernant les données diffusées publiées dans cette page"


Accueil ] Remonter ]
Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON  Centre Européen de la Colonne Vertébrale - Lyon - Webmaster : Dr. Jean Claude de MAUROY   
  Site infos
  Le site a été mis à jour pour la dernière fois le : 10 juin 2017