Centre Européen de la Colonne Vertébrale

Clinique du Parc - Lyon (France)    Module 13

Accueil
Remonter
Module 0
Module 1
Module 2
Module 3
Module 4
Module 5-7
Module 8
Module 9-11
Module 12
Module 13
Module 14.17
Module 22
Module 24-25

Module 13 : Bases physiologiques du "full time" initial

Les bases physiologiques de corset plâtré et du "full time" initial sont souvent méconnues.

L'expérience  traumatologique (entorses ligamentaires) prévoyait intuitivement une immobilisation stricte le temps de cicatrisation ligamentaire, c'est à dire 3 à 4 semaines.

De même en orthopédique lors du traitement du pied bot congénitale, les plâtres sont refaits régulièrement avec correction progressive.

Pour la scoliose, l'objectif était d'étirer les structures ligamentaires de la concavité.

Les tissus conjonctifs et notamment les ligaments sont visco-élastiques, c'est à dire élastiques à vitesse lente.

Lorsque l'on étire ces ligaments pendant 5 semaines, chez le rat, on obtient une scoliose structurale, Donc logiquement en cas de scoliose, si l'on réalise un bending en sens inverse, on devrait pouvoir corriger cette scoliose.

Il est intéressant de noter que dans l'étude BrAIST Lori Dolan constate l'importance d'un port maximal durant les 6 premiers mois.

Définitions

Le rachis est entouré de nombreux ligaments, les plus puissants se situant au niveau de l'arc postérieur

La pression est en français la force par unité de surface. Strain ou déformation d'un solide sous pression se traduit mal en français. Le terme stress correspond aussi bien à une tension qu'à une compression

Le module d'élasticité est le rapport Pression / Déformation

L'ultrastructure ligamentaire est de type visco-élastique avec peu d'élasticité

Comme la force de pression, la force de tension s'exprime en Pascal, c'est à dire newton/m2

Outre le module d'élasticité la courbe tension / déformation est caractéristique de chaque tissu

On distingue une zone Elastique linéaire E et une zone plastique entre 1 et 2 avant la rupture

La zone entre élastique et plastique s'appelle la limite d'élasticité. La déformation plastique est celle qui nous intéresse dans la scoliose, car elle correspond à un changement structurel de longueur.

La zone élastique est celle du mouvement de kinésithérapie. A la fin du mouvement, le ligament reprend sa longueur initiale.

La limite d'élasticité est dépassée en traumatologie dans les entorses ou ruptures ligamentaires

Une modification permanent de la longueur du ligament est obtenue lorsque la tension se situe dans la zone plastique.

Ces déformations ont lieu dans tous les types de contraintes : tension, compression mais aussi torsion et bending.

La visco-élasticité qui retarde le retour à la longueur normale est un élément utile

La réponse tissulaire varie en fonction de l'importance de la charge, de la durée de la charge et des étirements précédents. Ce qui explique la moindre réponse lorsque l'enfant a déjà eu un corset auparavant. On distingue 3 types de réponses : la courbe pression / relaxation, le fluage (creep) et l'hystérésis.

 

Lorsque l'on étire un ligament, pour une même longueur, on constate une diminution de la force avec le temps. Ceci explique les difficultés de la première nuit en corset dans notre protocole. Le phénomène de relaxation va spontanément diminuer la tension pour le même étirement ligamentaire.

Lorsque l'on applique une même force, le fluage, c'est à dire la modification de longueur va se faire progressivement dans le temps. Ceci explique le serrage progressif de l'orthèse sous la poitrine par l'enfant pour maintenir la même tension avec parfois un chevauchement antérieur des deux hémi-valves en quelques semaines.

Pour un même étirement, la tension va diminuer avec le temps, minimum une nuit, parfois quelques jours suivant les enfants.

C'est lorsque l'enfant serre son corset pour maintenir une tension identique, que le fluage va se produire en quelques semaines.

Les courbes de réponse Tension/étirement se modifient avec le temps avec déformation de plus en plus importante dans le temps

Les conséquences de ces bases physiologiques expliquent le protocole précis de l'ARTbrace

1° conséquence : Lorsqu'il est possible d'obtenir un corset "correcteur d'emblée" efficace, le "full time" permet d'éviter le corset plâtré.

Les plâtres successifs ont fait la preuve de leur efficacité dans la scoliose infantile, pourquoi ne pas utiliser les mêmes principes pour la scoliose de l'adolescent ?

Pour la maman, plus besoin de "soins de peau".

Il est en effet possible d'enlever le corset 10 minutes par jour pour la douche...

2°) conséquence : amélioration de la compliance par le principe de la montre. Une pression constante sur la peau provoque un épuisement des capteurs cutanés de pression et aboutit rapidement à une insensibilité. Les ports partiels sont toujours moins bien supportés que les ports permanents.

La compliance initiale au port permanent est quasi parfaite. Lorsqu'elle n'est pas obtenue, on peut avoir des doutes sur la réussite finale du traitement.


Auteur : Dr Jean Claude de Mauroy (Médecine Orthopédique)

Cette page a été mise à jour pour la dernière fois le : 13 août 2015

COI : Le Dr Jean Claude de Mauroy est Co-inventeur" de l'ARTbrace


Accueil ] Remonter ]
Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON  Centre Européen de la Colonne Vertébrale - Lyon - Webmaster : Dr. Jean Claude de MAUROY   
  Site infos
  Le site a été mis à jour pour la dernière fois le : 10 juin 2017