Centre Européen de la Colonne Vertébrale

Clinique du Parc - Lyon (France)    Module 14.17

Accueil
Remonter
Module 0
Module 1
Module 2
Module 3
Module 4
Module 5-7
Module 8
Module 9-11
Module 12
Module 13
Module 14.17
Module 22
Module 24-25

Modules 14 & 17: Kinésithérapie en ARTbrace

La kinésithérapie a toujours fait partie intégrante du traitement orthopédique conservateur des scolioses. Pas de grand appareillage sans kinésithérapie associée. Cette kinésithérapie était destinée à compenser les effets négatifs du corset et à favoriser son action.

 

Actuellement, on distingue les méthodes générales adaptées à la scoliose : Yoga, Pilates, Tai chi... et les méthodes de kinésithérapie spécifiques à la scoliose

 

Les méthodes générales n'ont pas fait la preuve scientifique de leur efficacité dans la scoliose.

 

La plupart des méthodes spécifiques sont d'origine européenne, mais sans doute bien des méthodes n'ont pas été publiées

 

Les objectifs sont multiples :

- limiter ou stopper l'évolution d'une scoliose

- améliorer la douleur

- améliorer le schéma corporel

- améliorer les fonctions locomotrices

- améliorer les répercussions psychologiques

- améliorer la mobilité articulaire

- améliorer la qualité musculaire (renforcement, résistance, endurance)

- améliorer le contrôle neuro-moteur (équilibre et surtout reprogrammation corticale)

- améliorer la fonction respiratoire

 

Lyon a une grande tradition orthopédique dans ce domaine et Gabriel Pravaz n'est pas seulement l'inventeur de la seringue, c'était aussi le responsable d'un grand centre de rééducation prenant en charge les scolioses

 

Claude Bernard, autre lyonnais célèbre a présenté les résultats de cette kinésithérapie à l'époque très mécanisée.

 

En 1978, Jean Claude de Mauroy publie avec Pierre Stagnara et Georges Mollon le premier manuel de référence de la méthode lyonnaise plus spécifiquement dédié aux scolioses idiopathiques. Les ouvrages précédents (Charrière et Roy) prenaient davantage en compte les scolioses neurologiques, essentiellement poliomyélitiques.

 

En fait toutes les méthodes européennes sont basées sur 12 grands chapitres. La méthode lyonnaise insistant peut être davantage sur l'ouverture de l'angle ilio-lombaire et l'auto-élongation axiale active (grand porter).

 

L'évidence de la kinésithérapie n'est pas discutée en accompagnement du grand appareillage. Par contre pour des scolioses de moins de 20° sans corset (dite rééducation libre), il est très difficile d'évaluer si la kinésithérapie modifie l'histoire naturelle de la scoliose. En France, il était difficile de réaliser une RCT (Randomised Control trial) tant la pratique de la kinésithérapie est une habitude. Nous avons donc procédé différemment et constitué 2 groupes. Un premier groupe de patients pour lesquels le médecin généraliste avait déjà prescrit la kinésithérapie et nous l'avons prolongé. Un deuxième groupe avec surveillance sans kinésithérapie lorsque le médecin traitant n'avait pas prescrit de kinésithérapie. L'évolution de ces deux groupes était statistiquement significative avec une différence moyenne de 1.5° / an. Par contre nous avons été surpris de constater l'évolutivité moyenne du groupe sans kinésithérapie de 10° par an. Globalement le freinage induit par la kinésithérapie est donc de 15 %.

 

Etape 1 : Prise de conscience de l'anatomie du dos

L'enfant n'a jamais vu son dos et le travail au miroir ou à la vidéocaméra permet d'intégrer corticalement cette partie de son corps.

 

Etape 2 : Plan sagittal avec cyphotisation thoracique

La séance de kinésithérapie comporte habituellement une progression de la position allongée, à la position assise, puis à la position debout.

Les exercices en procubitus (position ventrale) seront réalisés avec un coussin sous le thorax, ce qui évite l'accentuation d'un éventuel dos plat.

 

De même la position fœtale sera utilisée dans les dos plats.

 

Etape 3 : La mobilisation passive

Un bending correcteur latéral permettra un assouplissement de la concavité. Si le coussin est placé sous l'auvent chondro-costal gauche, on pourra également réaliser une dérotation.

 

Etape 4 : assouplissement des articulations costo-vertébrales

Ce travail segmentaire est important en cas de raideur. La découpe postérieure des hémivalves dans la concavité permettra alors une dérotation apicale plus efficace.

 

Le renforcement du grand dentelé concave limitera la projection antérieure de l'omoplate. Cet exercice facilite le moulage régional n° 3 de la région thoracique

 

Etape 5 : ouverture de l'angle ilio-lombaire

C'est une des caractéristiques du traitement lyonnais. Lorsqu'il existe une importante bascule de L4 dans le plan frontal, il convient d'étirer les ligaments ilio-lombaires convexes. La difficulté est que cet exercice peut aller dans le sens de l'aggravation de la courbure lombaire. Il faut donc soigneusement positionner l'enfant pour éviter cet effet secondaire

 

Ici en position semi assise, le rachis lombaire est verticalisé par le shift et l'hémi-bassin gauche étire le ligament ilio-lombaire par sa partie inférieure.

 

Etape 6 : Kinésithérapie active de correction lombaire

Auto-étirement du psoas concave souvent en position courte. La position assise détend la portion inférieure, ce qui facilite initialement la correction de la scoliose.

 

Le carré des lombes concave sera également étiré dans cette position qui répartit les tensions sur les deux extrémités.

 

Etape 7 : Correction lombaire dans le plan frontal et dans le plan sagittal

La préparation peut s'effectuer initialement en position assise, ce qui détend le psoas. Ici apprentissage de la stabilisation en lordose.

 

Positionnement des membres supérieurs

 

Apprentissage du shift de Min Meha.

Le shift assise translation frontale et élongation le long de l'axe vertical. Cette élongation doit s'effectuer sans perte de la lordose physiologique.

 

Etape 8 : Correction thoracique dans le plan frontal et dans le plan sagittal

Elle peut également être réalisée initialement en position assise à l'aide d'un bâton qui favorise la cyphose.

 

Le shift thoracique peut s'associer à  une dérotation manuelle.

 

Etape 9 : Auto-élongation Axiale Active

C'est l'exercice spécifique qui atteint le maximum de consensus. Le petit sac de sable est destiné à améliorer l'équilibre, de même que la marche sur la pointe des pieds.

 

Etape 10 : Exercices proprioceptifs vertébraux

Il existe une perturbation de l'équilibre vertébral dans la scoliose. Ils seront réalisés en position assise pour volontairement ne pas mettre en jeu les membres inférieurs. Les exercices précédents peuvent être réalisés en situation d'instabilité comme par exemple sur la ballon de Klein Vogel Bach. Ici contrôle de la ceinture pelvienne.

 

De même, contrôle de la ceinture scapulaire.

 

Etape 11 : Equilibre postural global en position debout

Ils mettent en jeu l'ensemble du système postural et notamment les capteurs des pieds, grâce au plateau basculant.

 

Autre exercice avec passage de la position debout à une flexion du tronc avec équerre tronc / cuisse en chaine cinétique ouverte.

 

Etape 12 : Exercices de stabilisation

Ils peuvent être effectués en chaine cinétique fermée quadrupédique.

 

Toujours en chaîne cinétique fermée, mais plus difficile, le contact ne s'effectue que pas 2 points d'appui au niveau du sol du côté de la convexité.

 

Les points d'appui peuvent également être instables ici au niveau des membres supérieurs en appui sur un ballon.

 

Etape 13 : Intégration neuro-motrice

Cette étape a été développée par une équipe de kinésithérapeutes italiens (Gioacchino Ferracane, Pier franco Lentini...) en utilisant une poutre qui peut éventuellement être basculante. Les exercices à la poutre en position debout avaient été décrits dans le cadre de l'utilisation du corset de Milwaukee. Mais l'appui du rachis sur la poutre stimule au maximum les récepteurs cutanés et proprioceptifs vertébraux. En effet du fait de notre bipédie, les capteurs se sont spécialisés dans les variations de pression. Un programme spécifique a donc été développé en décubitus dorsal.

 

La pratique du sport

doit être adaptée en fonction de l'âge de l'enfant

1 - avant l'âge de 7 ans : stimulation des activités supérieures de la marche

2 - Avant la puberté  : stimulation de l'équilibre (vélo)

3 - Durant la puberté : ajustement des tensions paravertébrales. C'est la moment idéal pour la natation

4 - En fin de croissance staturale : stimulation de la masse osseuse par l'impact axial (jogging et course)

Il n'y a pas de "seconde chance" pour la masse osseuse.

 

EN CONCLUSION

La rééducation du rachis est indispensable en cas de scoliose. Les exercices peuvent être très variés et nous n'avons présenté que les exemples les plus classiques. Il faut en connaître les grands principes, pour les adapter à chaque enfant, car toutes les scolioses sont différentes.

 

 

Une formation spécifique peut être effectuée dans le cadre d'ALISTER


Auteurs : Dr Jean Claude de Mauroy (Médecine Orthopédique) , Jean Noël Voutey (Kinésithérapeute moniteur-cadre) et Jean François Müller (PhD)

Cette page a été mise à jour pour la dernière fois le : 14 août 2015

COI : Le Dr Jean Claude de Mauroy est co-inventeur" de l'ARTbrace


Accueil ] Remonter ]
Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON  Centre Européen de la Colonne Vertébrale - Lyon - Webmaster : Dr. Jean Claude de MAUROY   
  Site infos
  Le site a été mis à jour pour la dernière fois le : 10 juin 2017