Centre Européen de la Colonne Vertébrale

Clinique du Parc - Lyon (France)    Première consultation

Accueil
Remonter

Première consultation spécialisée pour une Scoliose Idiopathique de l'Adolescent entre 20° et 30°

La scoliose vient d'être découverte et le médecin référent demande un avis orthopédique spécialisé.

Dès la poignée de mains, l'angoisse est perceptible. La salle d'attente et ses corsets, la moquette sombre où les traces de pas en plâtre blanc sont bien visibles, le bruit de la scie à plâtre, suffisent à créer l'ambiance.

Les parents sont très inquiets parfois angoissés, souvent culpabilisés. Le regard de l'enfant reflète de nombreux sentiments, de l'incompréhension car la scoliose évolue sans douleur et l'enfant ne voit pas son dos, à la terreur de devoir porter un corset à l'école.

Les bilans clinique et radiologique ont été traités précédemment, ils doivent être réalisés simultanément.

 

Il n'existe pas de consensus pour le traitement non chirurgical de la scoliose, ce qui ajoute confusion à l'angoisse initiale.

L'arbre décisionnel doit être clairement expliqué à la famille, car il va conditionner au minimum deux ans de la vie de l'enfant.

Le premier niveau de décision concerne l'indication ou non du traitement orthopédique conservateur. En France, le choix peut se résumer à Kinésithérapie ou Corset. Les critères de choix sont multiples : âge osseux, rotation, localisation de la courbure, dos plat, douleur, antécédents familiaux...

Le second niveau de décision concerne les nombreux protocoles possibles. Globalement le corset peut être réalisé sans plâtre préalable, il devra alors être porté entre 20 et 23 heures sur 24 ; le corset peut être réalisé après un corset plâtré permanent pendant 4 semaines, il sera alors porté uniquement la nuit, c'est le protocole lyonnais. Une comparaison simple avec la conduite d'une automobile peut aider au choix, le raccourcissement de la concavité (corde de l'arc) peut être comparé à un frein. Si l'on conduit avec le frein à main, il faut accélérer en permanence pour avancer, si l'on a retiré le frein à main avec le plâtre (fluage), une accélération durant la nuit (la croissance s'effectue essentiellement durant la nuit) est suffisante. Les autres différences majeures entre les deux protocoles doivent être évoquées :

- le corset lyonnais mis en place après le plâtre est moins esthétique que les corsets TLSO, mais plus efficace car réglable,

- dans le protocole lyonnais,  le sport peut être poursuivi sans limitation car les tensions paravertébrales ont été symétrisées (intégrité tensionnelle)

- dans le protocole lyonnais, la position assise "écriture" doit être strictement respectée pour éviter toute hyperpression sur le corps vertébral

Le troisième niveau de décision, si l'enfant et sa famille choisissent le protocole lyonnais, concerne le mode de réalisation du traitement. Celui-ci peut être réalisé soit en hôpital de jour, soit en hospitalisation classique de 2 à 10 jours.

 

L'arbre décisionnel peut être schématisé avec 3 niveaux :

Le code de la santé publique précise que "le droit du malade au libre choix de son praticien et de son établissement de santé est un principe fondamental de la législation sanitaire" ( art. L. 1111-1).



Auteur : Dr Jean Claude de Mauroy (Médecine Orthopédique)

Cette page a été mise à jour pour la dernière fois le : 29 janvier 2012

"Conflit d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflit d’intérêts concernant les données diffusées publiées dans cette page"


Accueil ] Remonter ]
 Centre Européen de la Colonne Vertébrale - Lyon - Webmaster : Dr. Jean Claude de MAUROY   

  Site infos

  Le site a été mis à jour pour la dernière fois le 04 novembre 2017
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Chercher uniquement dans des sites web de santé HONcode de confiance :