Centre Européen de la Colonne Vertébrale

Clinique du Parc - Lyon (France)    


Réalisation d'un corset plâtré à l'occasion de la Journée des Kinésithérapeutes en 1995 à la Clinique du Parc

durée :  19'29

format pdf vidéo (73,3 Mo)

Utiliser le clic droit pour télécharger la cible


4 – Le rôle de l'ancien corset plâtré

 

Indications du corset plâtré.

Avant la puberté, on peut réaliser un corset plâtré avant la mise en place du corset de Milwaukee, pour un angulation de 30° à 40° avec l’objectif de ne porter le corset de Milwaukee que la nuit.

Pour une angulation supérieure à 40°, un corset plâtré de 4 semaines est réalisé systématiquement avant la mise en place de l’orthèse et éventuellement renouvelé à l’occasion d’un changement de corset.

En période pubertaire, le corset plâtré est systématique avant la réalisation du corset lyonnais.  Nous avons vu le rôle du fluage ligamentaire dans le chapitre sur l’intégrité tensionnelle.

Avant 30°, un plâtre pendant 4 semaines.

Entre 30° et 40° un plâtre de 2 mois si la réductibilité en plâtre est supérieure à 50%, 2 plâtres de 1 mois si la réductibilité est inférieure à 50%.

Après 40°, nous réalisons systématiquement 2 corsets plâtrés de 2 mois chacun.

 

La réalisation du corset plâtré

Le corset plâtré est réalisé dans un cadre type élongation, dérotation, inflexion latérale de Cotrel.

La composante d’élongation est faible, environ 10 kg, suffisante pour décomprimer les disques et faciliter le bending correcteur. Ce n’est que lorsque l’angulation de la courbure dépasse les 40°, que l’on augmentera la composante d’élongation.

 

abbott 2.jpg

abbott 5.jpg

Figure 1 Mise en place des bandes - feutrage

Figure 2 Attelle de 30 cm de large

 

L’inflexion latérale de type bending correcteur est réalisée par les bandes latérales dans un souci d’équilibre global du rachis. La cyphotisation est obtenue naturellement par la position « en hamac » de l’enfant dans le cadre.

Le thorax de l’enfant est recouvert de deux jerseys, le premier plus large de 20 cm pour faciliter la bordure, le second de 15 cm pour éviter les plis. On glisse entre les deux jerseys des feutres biseautés de 5 mm d’épaisseur au niveau des crêtes iliaques et latéralement, les bandes toilées réalisent une inflexion latérale correctrice type système 3 points avec appui et deux contre-appuis pour une courbure unique ou système 4 points pour une double courbure.

Nous ne cherchons pas de dérotation particulière, par contre nous veillons à un bon équilibre de l’axe rachidien et des ceintures scapulaire et pelvienne. (figure 1)

Les bandes plâtrées sont déroulées dans le sens de la dérotation. On utilise trois bandes circulaires de 20 cm de large pour recouvrir complètement les bandes toilées puis on place 4 attelles longitudinales de 20 à 30 cm de large selon la morphologie de l’enfant. Trois bandes circulaires vont plaquer et stabiliser définitivement les attelles. (figure 2)

L’enfant sèche en cadre pendant quelques minutes, puis est verticalisé et l’on réalise immédiatement les découpes en position debout. En général, deux fenêtres postérieures au niveau des concavités, et en avant une fenêtre thoracique au niveau de la poitrine et une fenêtre triangulaire abdominale.

Au niveau du bassin, on dégage largement les plis inguinaux pour permettre une position assise à l’école. (figure 3) Au niveau de la ceinture scapulaire, on peut légèrement abaisser la découpe du côté de la convexité thoracique ce qui facilite l’utilisation du membre supérieur droit, notamment en rétropulsion pour l’hygiène corporelle. (figure 4)

 

abbott 13.jpg

doins de peau.bmp

Figure 3 Découpe au niveau du pli inguinal

Figure 4 Soins de peau sous plâtre

 

Pourquoi réaliser un corset plâtré réducteur ?

Le corset plâtré réducteur de scoliose a été réalisé pour la première fois en 1877 par Sayre à New York en position debout.

Il a été par la suite repris dans tous les protocoles jusqu’à ces dernières années, où les progrès de la chirurgie ont rendu moins impératif la rigueur du traitement orthopédique conservateur.

Pour notre part nous continuons dans la majorité des cas à réaliser un corset plâtré réducteur avant la mise en place de l’orthèse.

Les raisons en sont les suivantes :

1 – Le plâtre constitue une préparation cutanée et l’on améliore la tolérance de l’orthèse à sa mise en place.

2 – Le plâtre permet toujours une meilleure réduction que l’orthèse, et c’est lorsque l’enfant est souple en début de traitement qu’il faut réduire au maximum. Il est beaucoup plus difficile de réduire progressivement sous une orthèse.

3 – La réductibilité sous plâtre est l’un des rares critères de réussite globale du traitement orthopédique et pour les angulations limites nous discutons  la chirurgie lorsque la réductibilité est inférieure à 50% sous plâtre.

4 – Le corset plâtré permet d’obtenir un fluage des structures musculo-ligamentaires de la concavité scoliotique dans la mesure où cet étirement s’effectue de façon continue pendant plus de trois semaines, comme cela avait été prouvé expérimentalement par Tardieu sur le tendon d’Achille des IMC.  Le simple fait de retirer le corset même une heure par jour pour la toilette maintient les ligaments au niveau de l’élasticité.

5 – Psychologiquement  le corset plâtré ne peut être enlevé par l’enfant, ce qui évite tout conflit avec les parents   en phase d’adolescence.

Le corset amovible sera par la suite perçu comme une progression positive du traitement et dans notre expérience la compliance est excellente.


 

Peut-on remplacer le corset plâtré ?

 

Le CORSET POLYCARBONATE BIVALVES ARTICULE EN DETORSION est destiné à remplacer le corset plâtré dans le traitement des scolioses.
Il réalise une DETORSION de la déformation tridimensionnelle initiale qui peut être comparé aux colonnes du baldaquin de Saint Pierre de Rome. Le corset constitue un miroir de la déformation, comme le plâtre.
 

 

Cette détorsion est obtenue par la superposition de deux bendings correcteurs au niveau lombaire et au niveau thoracique sur une acquisition en auto-élongation axiale active. (voir moulage dynamique)

 

INNOVATION :
1°) Contrairement au Chêneau et au Lyonnais, il n’y a pas de zones d’appui ni de fenêtres, pas de recharge, pas d’expansion. Les forces s’exercent sur toute la superficie du tronc dans les meilleures conditions mécaniques (P=F/S).
2°) Il réalise une détorsion globale en miroir comme les colonnes du Bernin entre les 2 ceintures scapulaires et pelviennes.
3°) Le moulage full 3D instantané est dynamique avec superposition de 3 formes. Les autres systèmes d’acquisition ne sont pas instantanés et ne permettent pas la superposition des formes.
4°) Le polycarbonate est actuellement le plastique médical de référence
5°) La compliance est assurée soit par un capteur thermique, soit par un capteur de pression.

AVANTAGES par rapport au plâtre :
Pas d’hospitalisation, légèreté, esthétique, hygiène (10 minutes de douche quotidienne), solidité, fiabilité, durée de vie…



 


Auteur : Dr Jean Claude de Mauroy (Médecine Orthopédique)

Cette page a été mise à jour pour la dernière fois le : 23 juin 2013 2013

"Conflit d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflit d’intérêts concernant les données diffusées publiées dans cette page"


 Centre Européen de la Colonne Vertébrale - Lyon - Webmaster : Dr. Jean Claude de MAUROY   

  Site infos

  Le site a été mis à jour pour la dernière fois le 04 novembre 2017
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Chercher uniquement dans des sites web de santé HONcode de confiance :